« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »

Rabelais

       Mon intérêt pour le Maniérisme du XVIéme siècle et le Romantisme du XIXéme siècle se conjugue, dans cette série, avec la culture populaire. Pour certaines toiles les personnages de bande dessinée prennent la pose de sculptures ou de compositions célèbres. Ces citations mettent en évidence un traitement semblable de la représentation d'une anatomie vêtue. Les maniéristes, tout comme les dessinateurs de super-héros, ajustent les vêtements, tuniques si près du corps qu'ils deviennent une seconde peau aux couleurs éclatantes.

     Les toiles de grand format ( 210cm x 300cm, 150cm x 210cm) sont peintes au sol à l'aide de larges touches dynamisant la composition. A l'exemple des peintures à fresque je reviens peu, voire pas du tout, sur le premier jet. L'aspect mat de l'acrylique que j'utilise permet un rendu similaire à la fresque. J'ai fait le choix d'une palette restreinte, mettant en opposition les couleurs primaires et secondaires à travers le contraste des couleurs complémentaires.


    Les arrières plans sont traités en monochrome pour mettre en valeur les personnages en premier plan. Je cherche à induire un monde à la fois onirique et inquiétant en traitant la composition en clair-obscur. Je cadre ces compositions au plus prés des personnages, donnant toute l'importance au traitement de l'anatomie. Le décor urbain, fait de décombres et de déchets, contextualise ces citations dans des problématiques contemporaines.


    Le choix de transposer des thèmes religieux ou mythologiques dans le monde contemporain dramatise la mise en scène des super-héros. Cette mythologie urbaine n'est pas là pour magnifier le rôle du super-héros dans un monde manichéen, mais pour le mettre dans une posture pour le moins délicate, où nous le voyions se débattre dans les décombres du rêve américain.

à suivre.....

Voir :Asphalt Jungle.